Coeloglossum viride

(Linné) Hartman 1820

orchis grenouille

Synonyme : Dactylorhiza viridis (Linné) R.M. Bateman, Pridgeon & M.W. Chase 1997

La Bresse, 28 juin 2019

Description sommaire :
Plante robuste.
inflorescence cylindrique.
Périanthe en casque obtu.
Labelle trilobé en forme de langue pendante ou rejetée vers l’arrière.
Lobe médian plus court que les latéraux.
Fleurs vert jaunâtre à rouge en altitude.

Répartition en France : Coeloglossum viride est présent un peu partout en France mais il est rare en plaine, menacé par la transformation des prairies de fauche. Il est plus commun en montagne.

Protection nationale : non
Liste rouge nationale : NT (quasi menacé)
Protection en Lorraine : oui
Liste rouge lorraine : EN (en danger)

Floraison : Mai en plaine à juillet en montagne.

Répartition dans les Vosges : cette orchidée se raréfie dans toute la Lorraine et les stations connues à ce jour ne comportent en général que quelques pieds. Dans les Vosges, Coeloglossum viride est menacé d’extinction. Ainsi, la redécouverte en 2013 d’une belle station à Saint-Dié-des-Vosges (plus de 40 pieds en 2017) est-elle encourageante ! La station de Romont ne comporte que quelques pieds épars et celle de Regney, où elle a été observée une seule fois par le CEN en 2015, est à confirmer.

Sur les Hautes-Chaumes vosgiennes, Coeloglossum viride se rencontre çà et là et forme même parfois des populations relativement abondantes, mais presque toujours sur le territoire alsacien. Les chaumes du Kastelberg, retournées à des fins agricoles, constituaient, sur la commune de La Bresse, une belle station. Depuis, l’espèce n’y est pas réapparue. On peut la revoir sur le flanc ouest du Hohneck, sur une zone refuge bien fragile qui mériterait d’être protégée.

L’espèce est à rechercher sur les prairies peu transformées, cette espèce étant très sensible à la concurrence végétale liée à la fertilisation des sols. Il faut la rechercher également sur les chaumes d’altitude parmi les buttes gazonnées au milieu des landes à Éricacées (myrtille, callune…).

Données anciennes : Mougeot (1836) la cite sur les pelouses, les prairies, sur le granite, la syénite, les terrains de transition, le calcaire, du Hohneck, des ballons et de Rambervillers. Ferry (1878) la cite « dans la vallée de la Bolle, très abondant à Saint-Dié dans les prés entre la vigne Henry et la ferme du Paradis ; à Robache, entre les maisons d’école et la forêt de la Bure ». Enfin, l’espèce est citée à Châtel-sur-Moselle, Éloyes, Épinal, Étival-Clairfontaine, Rambervillers, Villers, Zaincourt (Muller, 2006).

En 2019, l’espèce serait présente sur quatre communes : La Bresse, Regney, Romont, Saint-Dié-des-Vosges.

Quelques photos de l’espèce dans le département  :

Quelques photos de l’espèce ailleurs :