Corallorhiza trifida

Châtelain 1760

racine de corail

Gérardmer, 6 juin 2014

Description sommaire :
Plante grêle, discrète sans chlorophylle.
Couleur vert jaunâtre.
Feuilles réduites à quelques écailles.
Inflorescence très courte.
Labelle blanc ponctué de taches rouges.
Casque lâche.

Répartition en France : Corallorhiza trifida est une plante de montagne, toujours rare, qui apprécie les forêts fraîches et humides, sur des sols épais, voire tourbeux, sur des litières riches en humus.

Protection nationale : non
Liste rouge nationale : VU (vulnérable)
Protection en Lorraine : oui
Liste rouge lorraine : NT (quasi menacé)

Floraison : Mai à juin.

Répartition dans les Vosges : l’espèce n’est présente qu’en montagne. Elle est connue de façon certaine sur deux sites : dans une ancienne carrière de granite à Gérardmer et sur les abords d’une tourbière de montagne à Rochesson..

Les milieux susceptibles d’accueillir l’espèce sont nombreux sur tout le Massif vosgien, ainsi, l’espoir de nouvelles découvertes est bien réel.

L’espèce est à rechercher à rechercher en mai-juin dans les sapinières et hêtraies humides et ombragées des Hautes-Vosges mais aussi dans le pourtour des tourbières, et plus particulièrement dans le vaste massif forestier entre les vallées de Rochesson et La Bresse où l’espèce est régulièrement citée dans la littérature botanique.

Données anciennes : Corallorhiza trifida est citée régulièrement sur la tourbière de Lispach, par Parent notamment. Il est à noter que le site a été profondément modifié pour la pratique du ski de fond ces vingt dernières années. Dans une correspondance, Walter la cite sur les « Faignes Saint-Nicolas, Gérardmer dans un pré tourbeux, vers 900 m. » (1926). Elle est également citée à Cornimont et à Xonrupt-Longemer. L’espèce a été découverte par Pierrat en 1854, à Gerbamont. Signalée par Godron en 1857 à Vagney (Mougeot), ce qui correspond sans doute à l’observation précédente.

En 2019, l’espèce est présente sur deux communes à Gérardmer et Rochesson.

Deux autres stations à Ventron et Gérardmer sont à confirmer.

Quelques photos de l’espèce dans le département  :

Quelques photos de l’espèce ailleurs :