Dactylorhiza majalis

(Reichenback) P.F. Hunt & Summerhayes 1965

orchis de mai

Dactylorhiza fistulosa (Moench) H. Baumann & Künkele 1983 (nom. illeg.)

Les Forges, 2 mai 2015

Description sommaire :
Plante robuste, tige creuse.
Feuilles grandes, plutôt ovales, étalées, maculées le plus souvent.
Bractées longues et pourpres.
Inflorescence dense.
Fleurs moyennes, pourpre violacé.
Labelle trilobé, lobes latéraux pliés et rabattus vers l’arrière.

Répartition en France : Dactylorhiza majalis est présent dans une large partie est du territoire, il est absent dans l’ouest. Il apprécie les zones humides, prairies de fauche, marais, zones de suintements…, mais il régresse presque partout en raison des menaces qui pèsent sur ces biotopes.

Protection nationale : non
Liste rouge nationale : NT (quasi menacé)
Protection en Lorraine :
non
Liste rouge lorraine : NT (quasi menacé)

Floraison : Mai à juin.

Répartition dans les Vosges : Dactylorhiza majalis est présent sur tout le département, en plaine comme en altitude où il peut former parfois des populations denses de plusieurs centaines, voire milliers, de pieds. Par contre, sur des prairies dégradées, il disparait rapidement.

L’espèce semble plus rare à l’ouest et dans les prairies du Xaintois. Son absence au sud-ouest de Vittel questionne et semble due à un manque de prospection. On notera que Dactylorhiza majalis fait partie des espèces présentes dans la Vôge et donc pour laquelle le concept de « trou des Vosges » n’existe pas.

Dactylorhiza majalis est souvent remplacé, sur certaines tourbières des Hautes-Vosges, par un Dactylorhiza plus petit qui semble se rapporter à Dactylorhiza parvimajalis.

L’espèce est à rechercher à l’ouest de Vittel, mais aussi dans le sud-ouest du département entre Martigny-les-Bains et Monthureux-sur-Saône, dans le secteur de Mirecourt et dans la Vôge. Dactylorhiza majalis est sûrement une des espèces les plus présentes dans ce secteur.

Données anciennes : l’espèce est signalée par Mougeot (1836), sous le nom d’Orchis latifolia, dans les prés humides, sur grès bigarré ou calcaire, à Épinal, Rambervillers, Mirecourt.

En 2019, l’espèce serait présente sur 72 communes.

Elle a été observée après 2000 à Avrainville, Bains-les-Bains, Ban-de-Laveline, Ban-de-Sapt, Basse-sur-le-Rupt, Bellefontaine, Belmont-sur-Buttant, Bettegney-Saint-Brice, Biffontaine, Bruyères, Charmes, Châtillon-sur-Saône, Chaumoussey, Cleurie, Combrimont, Cornimont, Deyvillers, Dombasle-devant-Darney, Dommartin-lès-Remiremont, Dompaire, Entre-deux-Eaux, Épinal, Fiménil, Fontenoy-le-Château, Frapelle, Gérardmer, Gerbamont, Hennezel, La Bresse, Laveline-devant-Bruyères, Le Thillot, Le Tholy, Lerrain, Les Forges, Les Voivres, Mandray, Mandres-sur-Vair, Mont-lès-Lamarche, Moyenmoutier, Nayemont-les-Fosses, Racécourt, Relanges, Rochesson, Romont, Rouvres-la-Chétive, Rupt-sur-Moselle, Saint-Dié-des-Vosges, Saint-Jean-d’Ormont, Saint-Remimont, Sapois, Saulcy-sur-Meurthe, Saulxures-sur-Moselotte, Savigny, Thuillières, Vagney, Vincey, Vomécourt, Xamontarupt et Xonrupt-Longemer.

Elle a été observée avant 2000 à Champdray, Corcieux, Fontenay, Fraize, Liffol-le-Grand, Midrevaux, Pargny-sous-Mureau, Plainfaing, Saint-Étienne-lès-Remiremont, Saint-Maurice-sur-Mortagne, Saint-Maurice-sur-Moselle, Taintrux et Uzemain.

Quelques photos de l’espèce dans le département  :

Quelques photos de l’espèce ailleurs :