Epipactis muelleri

Godfery 1921

épipactis de Müller

SynonymeEpipactis helleborine subsp. muelleri (Godfery) O. Bolós Maselles & Vigo 1988

Vincey, 15 juin 2016

Description sommaire :
Tige haute légèrement ondulée.
Feuilles lancéolées, souvent distiques, en gouttières, à marges ondulées.
Fleurs pendantes, peu ouvertes.
Jonction épichile-hypochile large.
Clinandre et viscidium absents.
Pollinies pulvérulentes.
Pédoncule verdâtre.

Répartition en France : Epipactis muelleri est assez rare, méconnu dans de nombreuses régions notamment de l’ouest. Il apprécie les bois clairs, les lisières et parfois les pelouses sur des sols calcaires secs et frais.

Protection nationale : non
Liste rouge nationale : LC (préoccupation mineure)
Protection en Lorraine : oui
Liste rouge lorraine : LC (préoccupation mineure)

Floraison : Juin à juillet.

Répartition dans les Vosges : dans les Vosges, cet épipactis est présent historiquement dans le secteur de Neufchâteau. Sa découverte récente sur les calcaires de l’infraliasique à Vincey incite à la prospection tout au long de cette côte et même de celle du Muschelkalk. L’espèce est également bien connue autour de Saint-Dié-des-Vosges, en plusieurs endroits, sur les bancs dolomitiques.

De nombreux milieux susceptibles d’accueillir l’espèce existent et là encore des efforts de prospections devraient être faits car l’espèce semble sous-représentée en comparaison des départements voisins. La station la plus haute du département est à Saint-Jean-d’Ormont à presque 500 m d’altitude.

L’espèce est à rechercher à Neufchâteau où cet épipactis aurait été observé en 2001. D’une manière générale, les vastes forêts des plateaux calcaires de l’ouest du département constituent un biotope favorable à cette espèce. Sa découverte en 2018 à Jubainville doit nous inciter à la rechercher plus activement.

À rechercher également sur les côtes entre Épinal et Charmes et entre Mirecourt et Vittel.

Données anciennes : ce taxon de description récente n’est pas reconnu par les auteurs anciens.

En 2019, l’espèce serait présente sur six communes.

Elle a été observée après 2000 à Jubainville, Lamarche, Saint-Dié-des-Vosges, Saint-Jean-d’Ormont et Vincey.

Elle a été observée avant 2000 à Grand.

Quelques photos de l’espèce dans le département  :

Quelques photos de l’espèce ailleurs :