Epipactis purpurata

G.E. Smith 1828

épipactis violacé

SynonymeEpipactis viridiflora Hoffmann ex Krocker 1814

Jeuxey, 6 aoüt 2016

Description sommaire :
Plante haute entièrement teintée de gris violacé.
Feuilles petites à moyennes, violacées.
Fleurs grandes, ouvertes, vertes lavées de rose.
Base du pédoncule très violet.

Répartition en France : Epipactis purpurata est rare, limité à un large quart nord-est du territoire. Il apprécie les sols marneux ou argileux, frais, sous les chênaies, hêtraies, voire les résineux.

Protection nationale : non
Liste rouge nationale : LC (préoccupation mineure)
Protection en Lorraine : non
Liste rouge lorraine : LC (préoccupation mineure)

Floraison : Fin juillet à fin août.

Répartition dans les Vosges : cet épipactis a été découvert en plusieurs endroits sous des pressières artificielles. Ce biotope favorable, inconnu jusque-là, ouvre l’éventail de prospection, d’autant que l’espèce s’y est montrée relativement abondante ! Au regard de ses biotopes de prédilection, elle n’est pas menacée.

La cartographie d’Epipactis purpurata a été largement corrigée depuis 2005 avec la découverte de nouveaux sites. C’est notamment le cas dans l’immense forêt entre Damas-aux-Bois et Charmes.

L’espèce est à rechercher activement car les biotopes susceptibles de l’accueillir sont nombreux au regard des vastes forêts qu’offre le département. À rechercher notamment dans la Vôge mais aussi dans le Xaintois, dans la plaine sous-vosgienne et d’une manière générale dans les forêts des dépressions marneuses et argileuses. Sa découverte récente sous des pessières artificielles doit inciter à étendre la prospection à ce type de milieu.

Données anciennes : les auteurs anciens considéraient ce taxon comme une variété viridiflora d’Epipactis helleborine. Il n’est donc pas possible de savoir si les stations qu’ils citent le concernent.

En 2019, l’espèce serait présente sur 11 communes.

Elle a été observée après 2000 à Ainvelle, Damas-aux-Bois, Hennezel, Jeuxey, Lamarche, Marey, Martinvelle, Saint-Julien et Ville-sur-Illon.

Elle a été observée avant 2000 à Lerrain et Senonges.

Quelques photos de l’espèce dans le département  :

Quelques photos de l’espèce ailleurs :