Les Elfes de la sylve

La mythologie vosgienne est riche de divinités qui présidaient au quotidien de nos ancêtres. La forêt constitue le creuset de ce bestiaire vosgien dont les origines remontent aux prières et aux plaintes des premiers hommes qui peuplèrent jadis la vaste sylva vogesus. Aux solstices, tous montaient sur les sommets pour adorer Belen, le dieu-soleil… Les Elfes ont malheureusement déserté nos forêts, et notre mémoire, en même temps que la tradition orale s’est perdue sur fond de Révolution industrielle. Cette page tente modestement de redonner vie à notre mythologie forestière*.

« C’est jour de couarôge pour les Elfes vosgiens : autour du grand feu allumé par les lutins, sortis un temps de leur tanière, il y avait Boblâ, l’esprit de la forêt, qui présidait au sabbat. A sa gauche, Houéran, le Dieu des pasteurs, s’ennuyait des jérémiades du Revenant, l’esprit des morts. Les fées des eaux, Polybotte et Heurqueuche, se réchauffaient en oubliant ce soir-là les eaux froides des rupts glacés de la sylve. Darou, la divinité des chasseurs, annonça son arrivée imminente par un long cri strident qui fit sursauter Culâ, le Dieu des marécages habitué au silence morbide de la feigne… Sotré, le gardien de la maison, leva les yeux vers les cieux étoilés. Les astres semblaient renvoyer l’image de Méniehennequine, la divinité de l’espace céleste. Tous se turent soudainement, les gnomes, gardiens du savoir et de la mémoire, engagèrent alors la conversation. Le couarôge pouvait débuter… »

*Au sujet de la mythologie forestière vosgienne, lire Les Elfes ou la nuit fantastique de Joseph le voiturier, de Jean Grossier, Ed. de Martimpré, 1993.