Ophrys apifera

(Linné) Hudson 1762

ophrys abeille

Saint-Dié-des-Vosges, 21 mai 2017

Description sommaire :
Plante élancée.
Sépales souvent rejetés vers l’arrière.
Pétales très courts, verts ou brunâtres.
Labelle trilobé, très bombé, champ basal orangé.
Lobes latéraux formant des gibbosités marquées et velues.
Macule en « H » avec souvent deux points dans la partie distale.
Gynostème allongé formant un « S ».
Appendice long, triangulaire et rejeté vers l’arrière.

Répartition en France : Ophrys apifera est très répandu et assez commun, en pleine lumière sur des sols calcaires secs à temporairement détrempés : Pelouses, friches, prairies, talus… Plante pionnière à floraison capricieuse.

Protection nationale : non
Liste rouge nationale : LC (préoccupation mineure)
Protection en Lorraine : non (protection en Meurthe-et-Moselle)
Liste rouge lorraine : LC (préoccupation mineure)

Floraison : Fin mai à fin juin.

Répartition dans les Vosges : la répartition d’Ophrys apifera dans les Vosges suit les zones calcaires et les lignes de côte. En montagne, les seules présences connues se situent sur les affleurements de dolomie autour de Saint-Dié-des-Vosges.

De nombreuses formes ont été observées dans le département, notamment les formes aurita, curviflora et trollii à Saint-Dié-des-Vosges, la forme botteronii à Vincey, la forme bicolor à Romont… Parent cite également la forme botteronii à Rollainville et à Villouxel, la forme trollii à Contrexéville.

L’espèce est à rechercher sur la côte de Lorraine (calcaires du Muschelkalk) entre Darney et Épinal ainsi que vers Rambervillers.

Données anciennes : Ophrys apifera est cité par Mougeot (1836) sur les « Coteaux herbeux, sur calcaire, à Mirecourt et Neufchâteau ».

En 2019, l’espèce serait présente sur 35 communes.

Elle a été observée après 2000 à Bettegney-Saint-Brice, Bouxières-aux-Bois, Circourt-sur-Mouzon, Contrexéville, Coussey, Domrémy-la-Pucelle, Estrennes, Évaux-et-Ménil, Grand, Greux, Lironcourt, Madegney, Midrevaux, Mont-Lès-Neufchâteau, Montureux-sur-Saône, Remicourt, Rollainville, Romont, Saint-Dié-des-Vosges, Soulosse-sous-Saint-Élophe, They-sous-Montfort, Thuillières, Ubexy, Vincey, Vittel et Vouxey.

Elle a été observée avant 2000 à Attignéville, Bouzemont, Domjulien, Mattaincourt, Maxey-sur-Meuse, Moncel-sur-Vair, Pargny-sous-Mureau, Villouxel et Vroville.

Quelques photos de l’espèce dans le département  :

Quelques photos de l’espèce ailleurs :

Les formes d’Ophrys apifera

Il existe de nombreuses formes (ou variétés selon les auteurs) dues au caractère autogame de l’espèce. Même si elles n’ont pas de réelles valeurs taxonomiques, beaucoup ont fait l’objet de descriptions. Elles cohabitent le plus souvent avec le type, même s’il arrive qu’elles forment des populations majoritaires, voire exclusives. De plus, ces aberrations peuvent se combiner.

Ophrys apifera f. aurita (Moggr.) Soó

La forme aurita est semblable au type mais avec des pétales étroits et allongés, verdâtres ou rosâtres.

Ophrys apifera f. friburgensis (Freyhold) P. Delforge

La forme friburgensis est semblable au type mais présente des pétales sépaloïdes.

Ophrys apifera f. botteronii (Chodat) Asherson & Graebner

La forme botteronii présente un labelle dissymétrique, difforme, plus ou moins étalé, avec des tâches irrégulières. De plus, les pétales sont sépaloïdes.

Ophrys apifera f. curviflora (A. Soulié) P. Delforge

La forme curviflora présente un labelle concave avec un appendice rejeté vers l’avant. Elle ne doit pas être confondue avec des plantes montrant un (ou des) bouton(s) en train de s’ouvrir.

Ophrys apifera f. bicolor (E. Nelson) P. D. Sell

La forme bicolor possède un labelle présentant deux couleurs nettement délimitées : blanc jaunâtre (parfois grisâtre) dans la partie basale, brune dans la partie distale.

Ophrys apifera f. trollii (Hegetschw.) P. D. Sell

La forme trollii est un taxon extrême, qualifié souvent de lusus, avec un labelle déformé, souvent réduit, allongé, en forme de pointe avec un appendice plus ou moins rejeté vers l’avant. La macule est ornée de tâches jaunâtres irrégulières.

Ophrys apifera f. flavescens (Rosbach) P. D. Sell

La forme flavescens correspond à une hypochromie partielle de la fleur. Les sépales sont blanc rosé et le labelle décoloré est jaune orangé.

Ophrys apifera f. chlorantha (Hegetschw.) Richter

La forme chlorantha correspond à une hypochromie totale de la fleur avec un périanthe blanc et un labelle jaune ou verdâtre.

Ophrys apifera f. basiliensis (S. Schwegler & Matthies.) P. Delforge

La forme basiliensis correspond à une hypochromie totale de la forme friburgensis, c’est-à-dire une plante type présentant des pétales sépaloïdes et un labelle jaune ou verdâtre.